US ET COUTUMES EN RD : BILAN DE PRES D’UN MOIS EN RD, ASSEZ FORT EN EMOTIONS

C’est peut être le premier pays où un sentiment de nostalgie ressort au moment du départ tellement ils sont gentils et accueillants.
15 jours à 1 mois, c’est un minimum pour comprendre un peu la vie des autochtones. On se croirait en Espagne il y a 30 ans, l’Espagne a eu Franco, ils ont eu de 1930 à 1961 un dictateur TRUJILLO.
Cette ressemblance avec l’Espagne est aussi vraie pour la propreté dans les rues qui n’est pas le point fort de ce pays. Le niveau de vie est très faible, souvent moins de 10 € par jour.
Joie, gaité, hospitalité, musique et danse, c‘est ce qui ressort de ce mois passé auprès d’eux.
La population la plus accueillante des caraïbes est sans contestation possible pour l’instant pour nous celle de RD depuis ces 20 mois de croisière. Ils sont là pour nous aider partout.
Le bus est le moyen privilégié pour les rencontrer car ils ont peu de voitures mais des 2 roues et des bus toutes directions toutes les 20 minutes dans les grandes villes.
Peu de gens savent que la plus grande entreprise de raffinerie de canne à sucre, c’est ici à la Romana en RD, que le rhum est meilleur qu’en Guadeloupe et aussi que le premier pays au monde à fabriquer des cigares n’est pas Cuba mais la RD.
Le coût de la vie dans les villages est 2 à 3 fois moins élevé qu’en France dans les mouillages où il ne s’agit pas de marina de luxe à 50 ou 60 € la nuit pour un 40 pieds.
Les hôtels hors vue mer sans piscine, c’est 30 ou 40 € la nuit petit déjeuner inclus à la Romana!
Dans les minibus de transferts collectifs (20 personnes), on s’entasse à quatre sur une banquette prévue pour trois personnes pour les courtes distances (20 km maxi) mais personne ne ronchonne.
Il y a toujours un bus sur le point de partir, le midi nous mangeons au restaurant un plat unique et une bière d’un litre pour moins de 10 € à deux.
Nous avons trouvé de super guides touristiques parlant Français qui nous baladent à pied dans la ville 3 h pour 20€.
C’est donc ici à la ROMANA que nous avions choisi de nous poser en attendant la fin de la réparation du bateau, le chantier ne souhaitant pas que nous restions à bord.
Ici, les gens sont très dévoués et serviables, ils sont sereins et beaucoup plus cools que chez nous.
C’est pour cela que plus de 2 000 expatriés français ont décidé d’y rester.
Dans les supermarchés, les salariés qui font les mises en rayon et à la caisse chantent du meringue ou de la bachata en travaillant, ils semblent heureux. Il y a peu de mendiants en ville, parfois mutilés et unijambistes pour avoir voulu chaparder de la canne à sucre au passage du train.
Il est impossible de rouler en fauteuil handicapé, les trottoirs sont défoncés, aussi ils déambulent en planche à roulettes assis dessus.
Nous prenons un minibus collectif pour essayer de retrouver à BAYAHIBE nos escrocs et le bout de l’amarrage qu’ils nous avaient embarqué et ça a marché !
Un hôtel avec piscine près de la mer à BAYAHIBE avec « suite junior » de 50 m2 et 2 chambres plus cuisine pour 4 personnes c’est moins de 60 € la nuit, plus 2 € le petit déjeuner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *