– TROISIEME NUIT DE TEMPETE AU 11ème PARALLELE

Nous dormons à plat ventre, jambes écartées pour ne pas être sans arrêt ballotés, retournés, mais le corps fait des bonds de 10 cm sur la couchette. L’estomac subit sans arrêt des compressions.
A 5 h 15 dans un vrombissement énorme une déferlante latérale vomit ses tonnes d’eau dans le cockpit. Heureusement la porte en plexi épais du bas de l’entrée est à poste et seulement quelques litres d’eau rentrent dans le carré. La force de cette vague a précipité les pare-battages amarrés à la filière dans le carré et soulevé les planchers du caillebotis. Heureusement, personne n’était dans le cockpit compte tenu de l’état de la mer, la veille se faisait de l’intérieur aux instruments, car nous n’avons rencontré qu’un seul bateau sur 1000 milles depuis le départ du Cap vert. Et pour tout dire, on espace les regards à l’extérieur qui avant étaient tous les 20 mn, à une heure et on met un compte minutes pour se réveiller régulièrement et jeter un œil dehors.
A l’intérieur du carré, que nous sommes obligés de laisser fermer, il fait une chaleur étouffante : 26 ° à 28 °, nous ne sommes qu’à 1 000 milles de l’équateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *