– NUIT DU 19 02 : POSITION AU 36 OUEST et 10ème parallèle deuxième coup de vent

Un coup de vent resurgit à nouveau à la tombée de la nuit, il met KO Hector puis le pilote raymarine, Il faut désormais barrer à la main ! J’interviens sur le pilote qui repart mais sans rien afficher et travaille en aveugle, le vent dépasse régulièrement les 28 nœuds, et le bateau les 7 nœuds au 310 compas soit 290 ° sur les cartes, avec un tout petit mouchoir de poche de génois seulement, c’est impressionnant de voir fleur de sail avec ses 6 tonnes 5 , courir de vagues en vagues dans le noir le plus absolu et évidemment dans ce vacarme, puis une déferlante gigantesque vient gifler le tableau arrière dans un vacarme assourdissant et l’affichage du pilote réapparaît.
Pour la deuxième nuit consécutive, il est impossible de dormir en cabine. Les quarts à deux, ça devient plus dur. Point positif : Le totalisateur journalier dépasse désormais les 140 milles par jour ! Je retrouve les sensations des bords de planning au surf lors des championnats de France de Finn que j’avais gagné par fort vent.

les poissons volant recueillis le matin

les poissons volant recueillis le matin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *