Fleur de sail acte 1 scène 2 le bilan à Noël 2014 avec + de 5000 km parcourus.

Ce n’est pas un an qu’il faut pour préparer le bateau pour une transatlantique mais plutôt deux ans.

Ce que nous avons zappé :

c’est qu’un pilote automatique électrique avec 80 kg de poussée est suffisant pour faire du cabotage voir aller en Espagne  en 48 heures sur un bateau qui déplace 4,5 t lège, mais absolument insuffisant pour rencontrer et combattre les vagues de la navigation hauturière pendant cinq ou 10 jours, il faut dans ce cas un pilote interne avec 300 kg de pousser ou mieux si la jupe arrière le permet un régulateur d’allure, coût de l’opération entre 3 et 5000 euros.

C’est que un matelas sur lequel nous allons dormir pendant 360 jours n’est pas celui qui est livré par le constructeur au départ car à notre age au bout d’un mois le mal de dos fait son apparition et nous devons avoir en dessous un sommier ou des ressorts en plastique et au-dessus un sur matelas : coût de l’opération entre 500 et 2 000 €

c’est que pour être en sécurité la nuit il ne suffit pas d’avoir un AIS qui voit les autres bateaux en réception, mais il faut avoir un transpondeur émetteur classe B, qui émet notre nom, notre vitesse notre, position pour que parfois ce soient les autres qui s’éloignent de notre route, que l’opération est entre 500 et 1 500 €

c’est que les accélérations devant dans les pointes des îles Canaries et ensuite vers le cap Vert nous font rencontrer des vents de 40 à 50 nœuds et qu’il est préférable d’avoir une trinquette et un tourmentin  à poste lorsque le vent se met à monter, Car les alizés réguliers c’était dans le temps avant la crise ! Maintenant le vent s’affole comme les cours de la bourse

les réserves en eau doivent être uniquement pour la boisson de deux litres par jour par équipier sur 30 jours soit environ 200 l pour la boisson et 200 l pour la cuisine , et la toilette notre bateau ne faisant que 35 pieds n’est équipé que de 220 l au départ.

Le pilote automatique électrique et le réfrigérateur consommant chacun environ 4 A, c’est environ 9 A par heure que nous consommons lorsque nous naviguons en incluant l’électronique et le GPS traceur, et en plein soleil avec plus de 15 nœuds le panneau solaire et l’éolienne ne produise qu’environ 5 A, nous sommes donc obligés de compenser avec 2 × 1 demi-heure de moteur par jour.

Alors est-il utile de relever ce défi de la transatlantique ? À ce jour la réponse est oui une fois mais non pour deux fois, mais grâce à ce défi, nous avons découvert un coin de paradis magnifique que sont l’archipel des Canaries et là, l’objectif est bien d’y retourner avec un bateau mieux armé un peu plus long 38 pieds, et avec une vraie cabine arrière et un cockpit central, pour ne pas recevoir en permanence des baignoires d’eau m^me si elle est tiède lorsque le vent souffle entre 30 et 40 nœuds, qu’il faut mieux un quillard et qu’un dériveur lesté, pour naviguer entre l’Espagne le Portugal les Canaries et les Açores car il y a très peu de port qui assèchent, et quand les vents sont contraires récupérés 5° de mieux pour remonter au vent c’est important !

Malgré toutes ces galères les émotions  induites par cette croisière ne font pas regretter le départ et la richesse des rencontres est telle que nous n’avons qu’une envie aujourd’hui c’est de repartir rapidement vers la chaleur et le soleil après les fêtes de Noël.

joyeuse fete à tous nous reprenons les diffusions vers le 10 janvier 2015

De Las Palmas à Nantes ; dur dur le choc thermique de 30° au soleil à -1 au salon nautique de Paris

Nous avons grappillé quelques conseils pour repartir vers le cap Vert, notamment pour le mal au dos deux solutions, le fauteuil masseur ou changer de matelas.., Pour le pilote automatique qui ne tient pas passer au régulateur d’allure (2200 € ) ou changer de pilote avec un pilote d’une poussée de 300 kg, coup de l’opération 3000 € !img_1034

Les rencontres à San Miguel : une rameuse au long cours Charlotte en jaune , et Philippe et Véronique, 2 Québécois 

         

Un charmant couple de Canadien parti pour une transat de 16 mois. Puis jean marie et sa femme du restaurant La touline à la baule rencontrée par hasard à Los gigantes

Charlotta au centre partie pour une Transat à la rame

Charlotta au centre partie pour une Transat à la rame

Jean marie et sa femme à Los giganteque

Jean marie et sa femme à Los gigantesque en m^me temps que nous

De Santa Cruz à puerto san miguel, des villas de rêves et des paysages hors du commun

Un dernier arc en ciel complet avant de quitter santa Cruz, et puis en arrivant , une villa dans une vallée avec la piscine qui épouse le magma de la lave et en plongée, le poisson perroquet femelle de toutes les couleurs. Dans le fond à gauche de la perche jaune IOR, un petit triangle blanc enneigé, c’est le Teide : plus de 3700 mètres que nous allons découvrir demain.

le port défiguré par les platteformes offshore

le port défiguré par les platteformes offshore

UE VILLA DE REVE !

UE VILLA DE REVE !