La première grosse tuile

Nous arrivons à la Corogne avec des vents réels supérieurs à 30 nœuds que le pilote automatique a du mal à supporter au largue malgré une voilure réduite au premier ris, lors d’un empannage incontrôlé, la grand-voile a éclaté sur 3 m, nous restons immobilisés trois jours à la Corogne dans l’attente de réparation du maître voilier.

Ensuite le vent n’a jamais dépassé 15 nœuds et nous avons utilisé environ 100 h  de moteur en un mois.

Le golfe de Gascogne avec ses bonheurs et ses angoisses

PTDC0020De la Rochelle à Gijon, 231 miles que nous parcourons en environ 50 heures, escale de deux jours à Gijon avec nos amis Paco et sa femme, cinq dauphins sont venus nous saluer et jouer avec l’étrave du bateau pendant une quinzaine de minutes au coucher du soleil à environ 100 Miles des côtes.

Nous n’avons passé que 2 nuits à naviguer seulement dans le golfe de Gascogne, dont l’une fut quelque peu mouvementée avec deux ris dans la grand-voile et des vents dépassant parfois 25 nœuds.

Les rencontres à noirmoutier

JEAN FRANCOIS ET CATHERINE

JEAN FRANCOIS ET CATHERINE

Dès le premier soir, quel ne fut pas notre bonheur, de rencontrer Jean-François et Catherine sur leur bateau qui de La Rochelle filait vers la Bretagne. Ils nous ont offert plusieurs cadeaux qui nous ont beaucoup touchés, notamment une petite ligne avec une planchette japonaise pour pêcher qui nous a porté bonheur.

Ensuite nous avons fait une escale aux Sables d’Olonne pour rencontrer Olivier et Michel, puis une escale à la Rochelle car le régulateur de l’éolienne était en panne, mais cash Marine est dans l’impossibilité de réparer ou d’en fournir un autre !!! De ce fait,
nous sommes au ponton des pros et bénéficions dans notre malheur de la gratuité du port.

Le départ

 

"FLEUR DE SAIL " FILE FIEREMENT VENT ARRIERE VERS LE SUD

« FLEUR DE SAIL  » FILE FIEREMENT VENT ARRIERE VERS LE SU

Après une préparation minutieuse, quelques 120 l de gasoil, 400 l d’eau et 300 kg de conserves embarquées, et des alarmes partout Fleur de sail est parti d’Arzal le 16 juillet 2014 en direction de Noirmoutier pour un périple de 20 000 km au minimum entre 14 et 24 mois en passant par l’Espagne, le Portugal, le Maroc, Madère, les Canaries, le Cap Vert, Dakar, Barbade, l’arc antillais, les îles vierges britanniques, les Bahamas, peut-être le canal de Panama ? ou un retour par les Bermudes et les Açores. voir les 6 caisses de 24 boites de conserves d’avitaillement ci dessous qui transforment les cabines arrières doubles en cabines simples .

prepa transat

 

 

7 septembre de OEIRAS vers SESIMBRA un magnifique « roberlo » et un bout dans l’hélice !

Une arrivée près de Lisbonne avec des vagues de plus de 2 mètres 50 (vent contre courant de la rivière de Lisbonne le Tage) et un départ dans la brume, mais un joli petit port où une énorme piscine gratuite avec plus de 300 transats est incluse dans le prix du port et où l’on vous apporte gratuitement le pain frais le matin vers 9 heures 30 au bateau.

En pleine mer, j’ai donc mis mon tuyau de scaphandrier pour enlever les ¾ de ce maudit bout, qui divisait la vitesse par deux. Je finirai au couteau dans un port propre avec mon équipement complet de plongée en bouteille.

Et le « Roberlo » ? On ne l’a pas pêché mais savouré au restaurant derrière les remparts d’un magnifique château.

Plus on descend vers le sud, si la température de l’eau stagne à 17°, il n’en est pas de même pour les prix des ports, ni pour les prix de l’immobilier.carte open cpn